Mise à jour le
Mardi 23 septembre

308 annonces









• Actualités Maison
• Actualités Loisirs
• Actualités Multimédia
• Actualités Famille
• Actualités Nautique






Accueil / Essais bateaux /
Fun Yak 540 : entretien minimum, plaisir maximum
  Essai paru dans Ouest-France le : 16/08/2003

A partir de
8 760 €
Notre avis

Fiche technique. Longueur hors-tout : 5,40 m – Largeur : 2,40 m – Tirant d’eau : 0,40 m – Poids du bateau nu : 490 kg – Charge utile : 1 085 kg – Motorisation maximum : 100 ch.Catégorie de navigation : C, pour 10 personnes ou D pour 13 personnes – Constructeur : Neveux.

Les prix. La version standard, non motorisée, est proposée à 8 760 € TTC en coloris blanc, gris moucheté ou bleu. Elle comprend la console de pilotage et sa banquette deux places, les coffres de rangement, la baille à mouillage, 4 taquets d’amarrage et 8 poignées de retenue.

L’équipement. Le constructeur n’a prévu aucun pack de motorisation laissant à ses revendeurs le choix et l’installation du moteur hors-bord. Pour un 75 ch, qui correspond à la puissance conseillée, il faut compter entre 8 000 et 10 000 € TTC. Dans la version standard, le bateau est proposé avec un équipement relativement complet, seules trois options sont possibles : rollbar (1 100 €), carré avant avec sellerie (560 €) et échelle de bain (120 €).


>> Les +

– Entretien quasi nul.
– Robustesse à toute épreuve et insubmersibilité totale.
– Qualités marines indéniables.

>> Les -
– L’aspect de finition du polyéthylène n’est pas des plus flatteurs.
– L’absence de certains équipements pour la plaisance.
– Le poids de la coque.

  

 

 
>
Le Fun Yak 540 s’est montré très à l’aise dans une mer
déjà un peu formée. Rapide et évolutif, il semble fait
pour tous les programmes de navigation.
 

La construction rotomoulée était jusqu’à présent réservée aux petits bateaux. Le constructeur Neveux, grand spécialiste de ce procédé de fabrication vient de lancer le plus grand bateau jamais construit, le Fun Yak 540.

La société Neveux spécialisée dans la construction de cuves en polyéthylène pour le bâtiment et l’industrie, possède depuis de nombreuses années un département nautique, diffusé sous la marque Fun Yak, qui comprend une gamme de petits canots et de barques de pêche réalisée avec ce matériau. Le rotomoulage est un procédé de fabrication qui consiste à faire cuire une pâte de polyéthylène haute densité dans un moule fermé mis en rotation. En quatre-vingt-dix minutes, le bateau est prêt et peut être démoulé !

La technique a cependant ses limites en particulier au niveau de la rigidité de la coque qui finit par poser des problèmes lorsqu’on atteint des tailles trop importantes. Le pari était donc risqué. Mais le chantier a eu la bonne idée de concevoir un bateau aux formes qui ne sont pas sans rappeler celle des pneumatiques semi-rigides. Ainsi, outre une carène en aile de mouette particulièrement efficace, la coque est bordée de deux gros caissons qui assurent à eux seuls la rigidité de l’ensemble. Nous l’avons essayé par mer agitée avec un moteur de 100 ch qui correspond à la puissance maximale autorisée. Outre des performances dignes de meilleures coques open, avec 35 nœuds en vitesse de pointe et 25 nœuds en vitesse de croisière, nous avons été étonnés par la grande stabilité du bateau et par son comportement dans les vagues.

En virage, le Fun Yak reste parfaitement à plat avec une accroche parfaite. Face à la mer, la carène absorbe les vagues exagérément grâce à un V bien prononcé à l’avant. Des atouts qui n’ont pas manqué de séduire ceux qui cherchent un bateau à usage professionnel d’autant plus que la capacité de charge du Fun Yack 540 est plutôt exceptionnelle avec 13 personnes en catégorie D. La console de pilotage, décalée sur tribord, est surtout conçue pour barrer debout. En position assise, on est à la fois trop loin et trop bas du volant et des commandes moteur. Sur le plan de la sécurité, les volumes intérieurs des caissons latéraux et de la coque sont remplis de blocs de polystyrène qui lui assurent une insubmersibilité totale.

Dans sa version de base, les emménagements du Fun Yak 540 sont conçus pour ne pas encombrer la grande surface de plancher. Ainsi les volumes de rangement sont situés dans des coffres rapportés qui viennent s’encastrer dans des logements prévus à cet effet.

À la suite de ces premiers essais, on se demande pourquoi il faudrait maintenir ce bateau dans le rang des modèles utilitaires puisqu’il a finalement tout pour séduire le plaisancier amateur de pêche ou de plongée sous-marine, avec en prime, la robustesse et l’absence d’entretien qu’offre le polyéthylène.

 

Jean-Louis Guery.

>> BIEN VU
Les coffres latéraux rapportés dans les caissons.
Le système d’ancrage de l’anneau de remorquage.
Les nombreuses trappes d’accès à l’intérieur de la coque.
 

 
>> A REVOIR
En utilisation de loisir, des mains courantes en inox installées sur chaque caisson seraient utiles.
Les positions de la console et de la banquette sont un peu trop écartées pour barrer confortablement en position assise.
Le sens d’ouverture du capot de la baille à mouillage n’est pas des plus judicieux.

>> LE RIVAUX

Cap 400
moins de 8 500 € avec moteur

Difficile de trouver des concurrents au Fun Yack 540 tant il s’agit d’un bateau très spécifique. Les modèles en polyéthylène rotomoulé sont généralement beaucoup plus petits.

Ainsi, on trouve chez Jeanneau, dans la gamme Rigiflex, le Cap 400 console de 4 m de longueur seulement. Il est proposé à moins de 8 500 € mais avec un moteur Suzuki 4 temps de 40 ch.

Explorer 525
à partir de 7 200 € sans moteur

Les vrais concurrents du Fun Yak 540 sont du côté des pneumatiques semi rigides. Chez Bombard, on trouve l’Explorer 525 dont l’avant carré et l’importante largeur (2,06 m) dégagent une belle surface de cockpit. Il est équipé d’une console de pilotage et d’une banquette double et est homologué en catégorie C pour 10 personnes. Son prix est également comparable, puisqu’il s’établit autour de 7 200 € TTC sans moteur.

 

© Ouest-France Multimédia - Mentions légales

Presse Régionale